Intravaia Verbo-Tonale
Méthode Verbo Tonale

Categories

Accueil > Ouvrages, articles et conférences de l’auteur > Formation des professeurs de langue en phonétique corrective.Le système (...)

5 mars 2013
Pietro

Formation des professeurs de langue en phonétique corrective.Le système verbo-tonal

Pietro INTRAVAIA
Formation des professeurs de langue en phonétique corrective. Le système
verbo-tonal
, Didier Erudition, Paris,2000 ; CIPA, Mons, 2003,2007, 283p (+ 4 CD
d’accompagnement).Troisième tirage.

- Issue des travaux du Professeur GUBERINA sur la réhabilitation des malentendants, la méthode verbo-tonale de correction phonétique, partie intégrante du courant méthodologique structuro-global de St-Cloud-Zagreb, est devenue aujourd’hui une « technè », au sens classique du terme : un art conçu comme un savoir-faire transmissible qui fonde son efficacité tant sur une relation empathique à l’apprenant et une prise en compte de ses préconstruits culturels que sur la connaissance phonoacoustique des composantes de la parole.

- Matériau de démonstration pour les non-initiés, de renforcement des acquis théoriques et pratiques des stages de base pour les autres, le présent ouvrage vise à doter l’enseignant des outils macro- et microméthodologiques lui permettant de prendre en charge la prononciation de l’élève tout en intégrant la compétence audio-phonatoire dans une pédagogie de la communication.

- La partie pratique de ce triptyque illustre, par un florilège d’exemples authentiques enregistrés sur disques compacts, les procédés particuliers de correction phonétique par la méthodologie verbo-tonale et explore les différentes étapes du traitement curatif : le décel et le diagnostic de l’erreur, la localisation et la production des optimales correctives ainsi que la mise en place des dispositifs de remédiation.

- « Ce livre est le premier traité de correction phonétique conçu comme un véritable outil d’autoformation […], à ranger dans la catégorie des quelques excellents ouvrages de phonétique corrective traitant le domaine de façon scientifique… » (Michel Billières).

Editions du CIPA, 22 Place du Parc B-7000 Mons( Belgique)
Tél:003265373136
Diffusion et distribution en France :
Librairie Wallonie-Bruxelles
46, rue Quincampoix
F-75004 Paris

Préface

Michel Billières
Professeur des Universités
Département des Sciences du Langage
Université de Toulouse-Le Mirail

- Pietro Intravaia nous livre les fruits de son impressionnante expérience de
praticien de phonétique corrective dans un livre magistral, qui fera date.
De nombreux professeurs de langue vivante sont sensibles à la beauté des
sonorités de la langue qu’ils enseignent. Mais rares sont ceux qui s’aventurent dans ce
domaine si particulier qu’est la correction de la prononciation. Il est tellement parsemé
d’embûches qu’il engendre très vite un frustrant sentiment d’impuissance chez
l’enseignant qui se sent en échec après quelques tentatives infructueuses de correction des sons et des intonations.

- La formation du professeur de langue ne le prépare pas à affronter les
problèmes liés aux erreurs portant sur la matière sonore. Il reçoit de nombreuses
informations sur la manière de transmettre des savoirs se rapportant au lexique, à la
morphologie ou la syntaxe. Mais la phonétique constitue souvent le parent pauvre de
son cursus. Soit elle est évacuée du programme de formation. Soit elle est présente
sous la forme d’un enseignement de phonétique générale à base de phonétique
articulatoire avec, éventuellement, un léger saupoudrage d’acoustique et maintes
considérations relevant essentiellement de la phonologie. Au terme de ce parcours, le
futur professeur a une vision peu glorieuse de cette discipline qu’il considère souvent
comme ennuyeuse et rébarbative. La phonétique se réduit pour lui à une somme de
connaissances livresques se résumant à des schémas et à des tableaux des voyelles et des consonnes, avec quelques vagues notions sur le rythme et l’intonation, le tout
présenté au moyen d’une terminologie ésotérique.

- Dans la salle de classe, le professeur est immédiatement confronté à des
productions phoniques erronées. Il peut choisir de ne pas en tenir compte, considérant
qu’une mauvaise prononciation ne constitue pas un obstacle majeur à la
communication. Il peut décider d’y remédier. Mais comment faire ? À quoi servent ses
connaissances théoriques si elles sont inutilisables concrètement ? L’acte de correction
phonétique qui suppose une action efficace s’effectue en temps réel. En cas d’échec,
l’enseignant a le sentiment d’avoir perdu la face devant les élèves et d’être pris au
piège. Le découragement peut très vite s’emparer de lui. Il abandonne ce terrain miné
au profit d’activités portant sur les autres éléments du code linguistique.
Le livre de Pietro Intravaia est le premier traité de correction phonétique conçu
comme un véritable outil d’autoformation. C’est un ouvrage fondamental dans
une optique d’aide au (futur) professeur de langue. L’auteur se livre à une brillante
exégèse théorique mettant en lumière les raisons complexes pour lesquelles il est si
difficile d’acquérir l’accent de la langue cible et de se défaire de son accent étranger.
Mais l’auteur va plus loin que la théorie souvent captivante mais aussi fort éloignée
souvent des réalités pratiques de la classe et des préoccupations immédiates des
enseignants. Pietro Intravaia consacre une partie importante de son livre au
commentaire minutieux des différents procédés à mettre en oeuvre afin d’éradiquer
telle ou telle production phonique défectueuse. Il appuie sa démonstration en
renvoyant à une véritable banque de données sonores : des productions incorrectes
authentiques, enregistrées sur le vif et recueillies au cours des nombreux stages qu’il
a animés aux quatre coins du monde.

- Ces enregistrements commentés constituent une innovation de taille. Le
professeur de français langue étrangère (FLE) en exercice y retrouve maintes erreurs
familières commises par ses élèves. Le futur enseignant dispose enfin d’exemples réels lui permettant de mieux établir la relation entre les données théoriques et la vie de la classe. Tous deux ont désormais en leur possession un instrument opératoire efficace en correction phonétique.

- L’auteur les accompagne pas à pas : il pose le diagnostic de
l’erreur et explique minutieusement les différentes étapes des procédures de
remédiation. L’enregistrement sonore illustrant le commentaire atteste de la validité du
procédé. Le lecteur suit la démarche du praticien entre le moment où l’erreur a été
produite et celui où l’élève parvient à réaliser une meilleure production. Ainsi, le
(futur) enseignant s’initiant à la phonétique corrective s’imprègne progressivement de
la façon d’agir lorsque il est confronté à une erreur de prononciation.
Le caractère novateur de cet ouvrage apparaît également dans toute la partie
que l’auteur consacre à la macrométhodologie de la formation verbo-tonale des
professeurs de langue. Pietro Intravaia aborde un domaine essentiel dans la formation
des enseignants de FLE, celui de l’initiation à une langue nouvelle 1. Cet enseignement
permet d’appréhender in vivo les multiples problèmes que rencontrent les apprenants
débutant l’apprentissage d’une autre langue, et de faire le lien avec les aspects
théoriques exposés dans les cours de méthodologie. Il n’y a pas de publications de
fond sur la classe de langue inconnue.

- P. Intravaia bâtit un itinéraire de formation orienté autour de deux axes
originaux : d’une part, l’intégration à la classe de langue des techniques d’expression
et de communication non verbales et verbales ; d’autre part, la place occupée par la
correction phonétique dans le processus de formation.
Les activités centrées sur le non verbal introduisent une dimension nouvelle
dans l’apprentissage de la langue. Elles permettent à l’élève de sortir de l’anonymat
corporel de mise dans l’institution scolaire. Elles l’amènent à s’investir davantage, lui
procurent un sentiment de confiance en ses capacités, le font se sentir plus solidaire vis-à-vis de ses condisciples 2.

- En mettant en lumière l’importance de la communication non verbale, l’auteur
établit la relation naturelle entre la corporéité et la phonation : la parole est
mouvement. L’activité phonogène nécessaire à la production des sonorités parolières
s’accompagne spontanément d’une gestualité corporelle globale donnée à voir par les
mouvements des bras, de la tête et du tronc, par les changements de posture et les
mimiques. La tension phonatoire va de pair avec la tension corporelle globale. Le
recours au geste facilitant est une technique à laquelle un enseignant verbo-tonaliste
a fréquemment recours pour agir sur les erreurs provoquées par une tension excessive
ou insuffisante. Intégrer la dimension non verbale dans l’apprentissage, redonner au
corps la place qui est la sienne dans l’interaction est aussi un moyen puissant pour
l’ouverture aux sonorités de cette langue. Car le corps est une gigantesque oreille.
Certaines gammes de fréquences sont captées non seulement par l’oreille mais aussi
par la sensibilité vibro-tactile et la conduction osseuse. L’apprenant à l’aise dans son
corps en salle de classe est également plus à l’aise dans la perception et la production
des sonorités de la langue étudiée.
1 En France, ce cours fait partie des enseignements obligatoires que les étudiants doivent suivre dans le cadre des diplômes nationaux FLE.
2 Certaines didactiques "non conventionnelles" ont fréquemment recours à des activités portant sur le non
verbal. Les ateliers-théâtre les utilisent abondamment car cela désinhibe les participants et crée une solidarité de groupe indispensable. Ces activités doivent naturellement être menées par un enseignant rompu à ces techniques d’expression et de communication.

- La prise en compte des comportements non verbaux introduit de fait celle des
affects. Voilà qui peut sembler étrange sinon incongru dans un ouvrage consacré à la
phonétique. Le domaine est technique et parfois même aride. Il ne se prête guère à
l’expression des sentiments et des émotions. Mais l’auteur traite de correction
phonétique, soit d’une situation réelle d’enseignement qui suppose un grand savoirfaire
technique au service d’un mieux-être chez l’apprenant. Pendant l’acte de
remédiation phonétique, le professeur et l’élève oeuvrent de concert afin de parvenir
à un résultat positif. La centration sur l’apprenant n’est pas un vain mot en pratique
verbo-tonale. La technicité professorale se manifeste non par l’étalage de
connaissances encyclopédiques mais par la guidance qu’il opère en amenant l’élève à
mieux percevoir progressivement les stimuli pertinents dans la matière phonique. Ceci
suppose que l’enseignant est à l’écoute non seulement des productions de l’élève mais
également de ses réactions. L’authenticité dans l’engagement du professeur et sa
capacité à ressentir les états de l’élève sont une des clés de la réussite de l’acte de
correction phonétique. Travailler sur l’audition c’est aussi travailler sur la voix. C’est
agir directement sur ce qui appartient en propre à l’élève, sur son intimité. Et l’élève
n’est pas dupe. Il perçoit très vite si le professeur s’implique sincèrement.
L’engagement de Pietro Intravaia est patent tout au long de la lecture de ce
livre. L’auteur est un passionné. Cette passion transparaît dans sa volonté acharnée de
remporter l’adhésion du lecteur, dans la flamboyance du style. Mais l’auteur est un
phonéticien averti et son livre est sans concessions. Les indispensables notions
théoriques sont exposées de façon détaillée. Elles sont essentielles pour saisir la
pertinence des procédures de remédiation. Ce livre est à ranger dans la catégorie des
quelques excellents ouvrages de phonétique corrective traitant le domaine de façon
scientifique et ne se contentant pas de l’effleurer, ce qui est un mauvais service rendu
à la discipline. La didactique du FLE compte trop de manuels de phonétique corrective
pêchant par excès de simplisme. Le professeur de langue peut y avoir recours. Même
s’il est persuadé que ce domaine est très technique et réservé à quelques rares
spécialistes, il n’est pas effarouché par leur contenu "abordable". Mais ces livres se
révèlent souvent décevants à l’usage. Les exercices construits autour des consignes
"écoutez" / "répétez" / "lisez" engendrent vite l’ennui et les élèves ânonnent sans
conviction des suites de mots ou de phrases hors contexte. La démotivation est
rapidement au rendez-vous et les usagers sont persuadés que la phonétique reste
décidément un domaine hermétique.

- Ce livre est rédigé par un praticien chevronné qui ne se contente pas de
dispenser quelques conseils très généraux sur la conduite à tenir pendant la correction
phonétique. P. Intravaia détaille au contraire les problèmes que rencontre l’enseignant
et suggère des solutions. Il ne propose pas les habituelles listes de phrases censées
avoir un effet magique sur la prononciation des apprenants. Il invite son lecteur à
assister en direct à des démonstrations de correction phonétique.
L’auteur brandit haut la bannière du verbo-tonal. La méthodologie verbotonale
d’intégration phonétique bien utilisée par des professeurs convenablement
formés permet d’obtenir rapidement des résultats tangibles. Elle suppose une formation de l’enseignant aux trois grands domaines de la phonétique -perceptif, physiologique et acoustique- ainsi qu’à d’autres disciplines ressources, telles que la
psycholinguistique. La verbo-tonale est un instrument d’amélioration des processus
d’audition / (re)production phoniques plus naturel et moins dispendieux en énergie et
en temps que la méthode articulatoire. Mais la verbo-tonale a aussi été dénigrée,
parfois par ceux mêmes qui s’en sont largement inspirés, sinon l’ont pillée. Elle a
connu une éclipse pendant la période où les approches communicatives tenaient le
haut du pavé en didactique des langues. La correction phonétique trop contraignante
n’avait pas lieu d’être dans la salle de classe. On retrouve des références au verbo-tonal dans les livres de méthodologie publiés ces dernières années. Le livre de P. Intravaia vient à point nommé pour remettre les pendules à l’heure.

Enregistrer au format PDF Article en PDF